par angèle casanova

"Là où l’humain se planque" dans vos Oloé

jeudi 11 mai 2017

Ils lisent et photographient mon recueil Là ou l’humain se planque (éditions Tarmac, collection Complément de lieu), au soleil, au café, à l’endroit qui leur semble résonner avec lui. Mon livre a ses oloés, désormais.
Voici leurs clichés :



Gérard Maisonneuve








Julie Bellamy, qui m’écrit "sur les bords du soleil rectangulaire" :
Je "t’envoie une photo de mon Oloé bleu, tout simplement mon canapé en plein soleil lui aussi, plein sud mais sans autre rapport avec les 80+20%."
Et puis :
"Je précise que le truc noir derrière l’enveloppe Tarmac c’est ma liseuse de marque Bookeen, vieille et à haute valeur sentimentale."








Cécile Helmer





Pascale Kerebel (avec des tableaux de Florent Wong)





Olivier Savignat (son Oloé est également le mien)





Alix Geysels





Jacques Cauda n’est pas que lecteur de Là ou l’humain se planque : il en réalisé la couverture, et le photographie avec son oeuvre originale. Poupées gigogne / mise en abîme à la Cauda !





Nathalie Séverin





Murièle Modély





Nolwenn Euzen




Vous avez, vous aussi, envie de m’envoyer une photographie de vous lisant mon livre / de mon livre en votre Oloé ? Envoyez-la moi en mp sur mon profil Facebook ou mon compte Twitter, ou par mail !


Un Oloé, c’est quoi ?
Un mot inventé par Anne Savelli dans son livre Des Oloé, espaces élastiques où lire où écrire, paru aux éditions D-Fiction en 2011.
L’Oloé, c’est le lieu où on lit, où on écrit. Un lieu personnel, différent pour chacun, intime.

Voir la présentation du livre sur le site de D-Fiction

< >

Forum

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.